• 19 août 2008
fr

2004 - Dix ans à Deva

Dix ans à Deva

Samedi 16 octo­bre... le grand jour ! Aux auro­res arri­vent Dalila et sa maman. La mati­née est bien occu­pée par les der­niers pré­pa­ra­tifs : déco­ra­tion de la salle, confec­tion des sand­wichs pour le lunch, etc. C’est très tou­chant de voir tous ceux qui vien­nent nous aider. A 11 heures, nous avons la messe. Elle est pré­si­dée par le curé de notre paroisse, le Père Anton (fran­cis­cain) et concé­lé­brée par Père Thierry, Père Anicet (un autre père fran­cis­cain de notre paroisse), Père Puni (un vieux père jésuite gréco-catho­li­que, qui est très proche du Point-Cœur depuis ses débuts) et Père Gaby (prêtre gréco-catho­li­que qui connaît le Point-Cœur depuis long­temps et qui a étudié l’an der­nier à La Catho où Vincent a fait sa connais­sance). C’est une très belle célé­bra­tion, qua­dri­lin­gue ! Une grande partie de la messe est en hon­grois. La pre­mière lec­ture est lue en rou­main ; l’évangile est lu en hon­grois, rou­main et fran­çais ; la prière eucha­ris­ti­que est dite en latin ; le Notre Père en hon­grois, rou­main et fran­çais. Les chants (magni­fi­ques, grâce à notre ami Willy qui est chef de chœur) sont en hon­grois, rou­main ou latin. L’église est pleine, et plu­sieurs de nos amis sont pré­sents. C’est une belle occa­sion pour vivre l’unité : rou­mains, hon­grois, tzi­ga­nes ; pro­tes­tants, ortho­doxes, gréco-catho­li­ques et romano-catho­li­ques. Père Thierry fait une très belle homé­lie – tra­duite simul­ta­né­ment en rou­main par notre ami Christie, qui a été l’ins­tru­ment de notre venue à Deva. Après la messe, nous nous retrou­vons nom­breux dans la salle à côté de l’église pour par­ta­ger un petit lunch : sand­wichs et gâteaux. Beaucoup vien­nent nous saluer et repar­tent assez rapi­de­ment. Pour ceux qui res­tent, nous pas­sons le mon­tage diapo qui pré­sente Points-Cœur. Avant de se quit­ter, Suzanne remer­cie chacun. Puis, le Père Puni, spon­ta­né­ment, se lève et, en fran­çais, remer­cie Père Thierry pour la fon­da­tion de Points-Cœur, pour toute son œuvre, pour ce que vivent les filles à Deva. Il sou­li­gne qu’il est par­ti­cu­liè­re­ment édifié par leur pau­vreté et qu’il est heu­reux qu’elles soient là et qu’elles y res­tent. C’est très tou­chant. L’après-midi, une fois tout le monde parti, nous ran­geons un peu la salle et pré­pa­rons notre soirée : nous avons invité quel­ques-uns des plus pro­ches pour un dîner plus « intime ». Nous ren­trons ensuite au Point-Cœur. Céline, Hélène, Dalila et sa maman par­tent se pro­me­ner jusqu’à la Citadelle de Deva. Les autres, nous res­tons à la maison. Nous rece­vons plu­sieurs visi­tes : la famille Rafi, nos amis tzi­ga­nes ; les Chelariu, cette famille de 11 enfants qui a tou­jours été très proche des filles. C’est la pre­mière fois que Madame Chelariu vient au Point-Cœur : elle vou­lait saluer Père Thierry. Elle vient, accom­pa­gnée de beau­coup de ses enfants. Quelques-uns sont main­te­nant partis à l’étranger pour tra­vailler. Vers 19 h 00, nous retour­nons à la salle pour accueillir les amis que nous avons invi­tés. Malgré quel­ques soucis tech­ni­ques, la soirée se passe très bien et c’est un moment pri­vi­lé­gié pour ren­for­cer et appro­fon­dir encore notre amitié. A notre grand regret, cer­tains n’ont pas pu venir parce qu’ils avaient d’autres obli­ga­tions. Ainsi se ter­mine cette belle jour­née, toute simple, toute à l’image de nos amis et de notre pays. Sœur Isabel sjm

Voir en ligne : 2004 - Dix ans à Deva


Revenir au début