• 15 novembre 2013
fr

Dîner Points-Cœur à Buenos Aires « Pour un siècle de compassion »

Le mardi 22 octo­­bre 2013, 80 per­­son­­nes se sont réu­­nies pour sou­­te­­nir Points-Cœur lors d’un dîner inti­­tulé « Pour un siècle de com­­pas­­sion ». Sr Maylis qui est pré­sente là bas, nous en fait un récit :

Pour moi, ce dîner fut comme une épiphanie de l’amitié, une épiphanie de la ren­­contre que Dieu a fait avec chacun à tra­­vers la pré­­pa­­ra­­tion de cet évènement et lors du dîner. La note fut donnée d’entrée par le dis­­cours de bien­­ve­­nue de Mr l’Ambassadeur de Suisse qui nous a tous sur­­pris par son dis­­cours trans­­formé en un témoi­­gnage per­­son­­nel émouvant : "Lorsque l’épouse de l’Ambassadeur d’Autriche m’a demandé d’accueillir les Points Coeur pour leur dîner, j’ai accepté sans les connaî­­tre, par amitié pour elle. Mais comme tout bon suisse, je vou­­lais savoir de quoi il en retour­­nait. Je suis allé au Point Coeur et j’ai vu com­­ment ces jeunes leur appor­­tent leur amitié, leur écoute, leur prière. C’est simple et cela a pro­­fon­­dé­­ment changé quel­­que­­chose dans ma vie."

P. Guillaume prit la suite en nous intro­­dui­­sant dans l’évènement, en nous rap­­pe­­lant le sens, le pour qui ? : " Nous retrou­­ver ce soir, c’est rendre hom­­mage aux jeunes volon­­tai­­res, à leur géné­­ro­­sité et au sérieux de leur enga­­ge­­ment. C’est aussi et sur­­tout rendre hom­­mage à tous nos voi­­sins et amis plus pau­­vres dont la vie ne cesse de nous étonner. Le cou­­rage, la noblesse, la dignité de ces per­­son­­nes ren­­contrées dans le monde entier font notre admi­­ra­­tion."

Les invi­­tés sont repar­­tis heu­­reux d’avoir pu nous ren­­contrer dans ce que nous sommes, ce que nous vivons. Comme le témoi­­gne Audrey qui nous écrivait le len­­de­­main du dîner : "Merci beau­­coup pour ce dîner que vous nous avez offert. L’ambiance du dîner repré­­sente vrai­­ment l’image que j’ai de votre mou­­ve­­ment : bien orga­­nisé, simple, natu­­rel, pré­­sent et à la fois dis­­cret, et sur­­tout avec un mes­­sage très clair de fra­­ter­­nité. Ce fut une grâce."

Sr Maylis


Revenir au début