• 22 avril 2014
fr

Jorge et Señora Maria, amis du Point-Cœur d’Equateur

Jorge du Point-Cœur de Guayaquil

Philippine, qui est en Equateur depuis octo­bre, nous a pré­senté sa mis­sion dans une pre­mière lettre. Ces lignes nous font décou­vrir des visa­ges amis Point-Cœur :

Ce petit Jorge est vrai­ment un enfant calme et tran­quille, et d’une dou­ceur incroya­ble. Sa maman, señora Maria, vit la Passion de son fils. Tout comme la Vierge Marie, elle est DEBOUT, près de son fils, au pied de sa dou­leur.

Jorge, 4 ans, a fait une dengue hémor­ra­gi­que. Il a été hos­pi­ta­lise en soins pal­lia­tifs durant 10 jours. Les méde­cins avaient dit a sa maman de se pré­pa­rer a la mort de son fils. Hier après-midi, il a été change de cham­bre, ce qui est un bon signe. Jorge va mieux, mais je le confie vrai­ment a vos priè­res, ainsi que sa maman.

Señora Maria, une femme dis­crète mais très ser­via­ble. Sur son visage, une grande souf­france y est ins­crite. Et pour­tant... et pour­tant, elle est tou­jours la pour aider, elle est caté­chiste le seul jour ou elle ne tra­vaille pas. Leur maison est très pré­caire, ils sont d’une grande pau­vreté maté­rielle mais que je me sens pauvre face a cette femme. Elle se donne plei­ne­ment dans sa vie, dans son tra­vail, pour ses enfants, pour ses amis, pour sa paroisse, pour notre Dieu.

Nous sommes allées la ren­contrer mer­credi avec Julia. Je ne lui avais jamais vrai­ment beau­coup parler. Tout juste arri­vées a l’hôpi­tal, elle s’est jetée dans mes bras comme si nous nous connais­sions depuis tou­jours. Si nous sommes liées par la prière, alors nous sommes amies. La visite a été très belle. Elle avait peur pour son fils, mais nous avons ensem­ble prier dans la salle d’attente, ou règne l’angoisse, prier le cha­pe­let pour son fils, prier par l’inter­ces­sion de notre Mère a tous pour qu’elle prenne dans ses bras ce petit Jorge comme elle prend dans ses bras son Fils Jésus, prier la Vierge Marie pour qu’elle soit un exem­ple pour señora Maria.

J’ai été très émue pen­dant ce cha­pe­let ; nous, si peti­tes, au pied d’une si grande souf­france. Il n’y a plus rien a faire sinon men­dier. Voila ce que nous sommes, des men­diants qui chaque jour allons puiser nos forces dans la prière, pour chaque jour aimer plus, pour chaque jour être plus pré­sent.

En ce ven­dredi saint, señora Maria vit véri­ta­ble­ment la pas­sion de son fils, en union avec notre Mère. Prions pour que la joie de la Résurrection du Christ soit leur espé­rance, leur lumière dans les ténè­bres. Qu’elle le soit pour chacun de nous !

Je confie a vos priè­res ce petit Jorge et sa maman señora Maria.

Parrainez Philippine et sou­te­nez sa mis­sion


Revenir au début