• 19 août 2008
fr

La fraternité Saint-Maximilien-Kolbe aux Philippines

La fraternité Saint-Maximilien-Kolbe aux Philippines

Aux Philippines, la fra­ter­nité Saint-Maximilien-Kolbe est née de l’Association Points-Cœur que nous avions fondée en 1999 à mon retour d’Inde avec trois voi­si­nes du Point-Cœur. Après mon ins­tal­la­tion à Saingalong, dans la maison de for­ma­tion Points-Cœur en juillet 2000, les parois­siens de Saint-Anthony m’ont pré­senté Jane, puis sa nièce Sahrina. Par notre amitié, et après avoir visité le Point-Cœur et des lieux de com­pas­sion avec moi, elles ont voulu vivre de l’esprit de Points-Cœur à côté des Amis des enfants. Elles se sont enga­gées en jan­vier 2001. D’autres ont, par la suite, pris le même chemin.

Sylvie Couteau et Cécile Grinda auprès des sans abri Desire, avec le père Thierry, le jour de son enga­ge­ment L’enga­ge­ment dans la Fraternité aux Philippines com­prend trois volets :

  • s’unir à la prière des Amis des enfants par un temps de prière quotidien : messe, chapelet ou adoration eucharistique,
  • s’unir à la vie de compassion des Amis des enfants par un service de compassion, soit à son travail, soit avec les Amis des enfants au Point-Cœur, soit en visitant des personnes dans un lieu de compassion avec moi, soit enfin dans son voisinage,
  • aider l’Association par de la diffusion, du secrétariat, de l’accueil… C’est un engagement d’un an renouvelable, sans contribution financière. Ceux qui le désirent profitent de la récollection mensuelle pour vivre un temps de fraternité entre les membres. Je vous présente maintenant les dix membres de la Frat, par ordre d’arrivée : Jane, quarante-neuf ans, travaille sans obligation d’horaires et habite près de la paroisse Saint-Anthony où se trouve la maison de formation. Elle suit une vingtaine de familles sans domicile qu’elle visite régulièrement. Elle me rend aussi beaucoup de services. Elle dit souvent que depuis qu’elle s’est engagée, sa vie n’est plus centrée sur elle-même. Sahrina, vingt-six ans, vit avec Jane. Très timide, elle s’est ouverte peu à peu accompagnant Jane dans toutes ses visites. Alex, quarante-cinq ans, vit avec sa mère à une demi-heure du Point-Cœur. Il est très engagé dans sa paroisse et participe une fois par semaine aux apostolats avec les Amis des enfants. Il amène souvent des amis pour rencontrer Points-Cœur. Muri, trente-cinq ans et mère de cinq enfants. Elle habite le bidonville près du port de pêche, lieu d’apostolat du Point-Cœur. Elle est un bon relais Points-Cœur dans le bidonville par son écoute et son aide morale ; elle est très attentive aux familles en difficulté. Elle est un bel exemple pour les Amis des enfants. Trois jeunes habitant avec Jane, nous ont connus six mois avant leur engagement, le 6 février dernier : Josef, vingt-six ans, professeur en laboratoire scientifique à Saint- Anthony. Il est un véritable « Ami des étudiants » qui lui confient leurs problèmes. Sa fiancée, Desire, vingt-quatre ans, est infirmière en hôpital. Elle vit l’esprit de compassion auprès de ses malades et du personnel soignant. Jogy, vingt-quatre ans, vient de trouver un travail à Taiwan. Maintenant, elle représente Points-Cœur et vit de son esprit dans ce pays.

Le père Vincent, avec des enfants philippins Le père Vincent, avec des enfants phi­lip­pins

Deux autres jeunes voi­sins du Point-Cœur se sont enga­gés eux aussi en février der­nier : Dennis, vingt-trois ans. Il a quitté sa bande d’amis pour trou­ver une nou­velle vie auprès des Amis des enfants et vit l’esprit de com­pas­sion à son tra­vail d’ouvrier. Il vient prier pres­que tous les jours au Point-Cœur et par­ti­cipe le diman­che, son jour de repos, aux apos­to­lats et aux récol­lec­tions. Grâce aux Amis des enfants, il ose main­te­nant visi­ter son oncle en prison. Indai, jeune fille de seize ans. Nous l’avons connue il y a trois ans alors qu’elle tra­vaillait et dor­mait au port de pêche. De famille très pauvre et très assoif­fée de spi­ri­tua­lité, elle venait régu­liè­re­ment au Point-Cœur. Elle est retour­née à l’école dans notre quar­tier alors qu’elle habite à deux heures de là. Elle tra­vaille durant ses vacan­ces pour gagner un peu d’argent pour sa famille.

Elle par­ti­cipe aux récol­lec­tions et aux apos­to­lats du diman­che avec les Amis des enfants. Enfin la der­nière  : Aude H., étudiante de vingt-deux ans à HEC à Paris. Elle a fait un stage à Manille durant six mois dans une com­pa­gnie d’électricité. Elle vivait à la maison de for­ma­tion Points-Cœur avec moi, une autre volon­taire fran­çaise et le can­di­dat phi­lip­pin en for­ma­tion pour deve­nir Amis des enfants. Elle s’est enga­gée le jour des Rameaux au Point-Cœur où elle pas­sait une partie de ses week-ends. Elle s’est enga­gée pour un an et conti­nue son enga­ge­ment en France. Père Vincent Lelièvre Aumonier de la Fraternité aux Philippines de 2000 à 2004

Voir en ligne : La fraternité Saint-Maximilien-Kolbe aux Philippines


Revenir au début