• 2 juin 2012
fr

Témoignage de Sophie, d’Equateur

Rebecca et Sophie. Equateur.

Sophie est au Point-Cœur de Guayaquil en Equateur depuis plu­sieurs mois. Elle nous emmène visi­ter avec elle ses amis du centre d’accueil tenu par les Sœurs de Mère Teresa ; une belle ren­contre avec Rebecca décrite dans sa der­nière lettre aux par­rains.

Cela peut vous paraî­tre étrange, mais je me suis fait une amie grand-mère, très très âgée qui s’appelle Rebecca, elle ne parle pas, ne peut pas bouger, a les jambes et un bras défor­més et ne peut ouvrir qu’un œil. Elle vit a l’Hogar de La Paz dans le foyer des sœurs de Mère Teresa que nous visi­tons chaque lundi. Je me rap­pelle qu’au début, j’allais parler à toutes les grands-mères avec qui je pou­vais avoir une conver­sa­tion, là où je me sen­tais bien, à l’aise… Rebecca, je la voyais mais n’allais pas vers elle, car j’avais peur, que lui dire si elle ne me répond pas… S’il n’y a pas d’échange, j’allais être mal à l’aise, me sentir seule… Quand un jour je me suis dit que cette grand-mère est aussi seule que toutes les autres, même plus car elle ne peut pas com­mu­ni­quer ce qu’elle res­sent, elle doit énormément souf­frir. Et c’est bien plus dif­fi­cile d’être une pré­sence pour des per­son­nes comme elle et ce n’est pas juste de la lais­ser seule et de ne pas faire l’effort de l’accom­pa­gner. Depuis ce jour, je la visite tou­jours en pre­mier et passe beau­coup de temps avec elle. Souvent elle est allon­gée dans son lit, je lui prends la main, lui raconte ma semaine, lui chante en lui don­nant à manger, lui dit comme elle est bien aujourd’hui. C’est tout simple mais au moins elle sent qu’il y a quelqu’un à côté d’elle, une pré­sence, une amie qui prend du temps pour elle, pour lui dire com­bien elle est belle. Malheureusement, je la vois fai­blir chaque semaine un peu plus mais je me suis énormément atta­chée à cette vieille femme et je la confie tout par­ti­cu­liè­re­ment à vos priè­res.

Sophie.

Parrainez Sophie et sou­te­nez sa mis­sion


Revenir au début